Tout le monde le dis, les vacances au bords de la mer sont propices à faire fondre les quelques kilos que nous gourmandes, savont accumuler pendant l'hiver!

Et bien, je vous le dis, c'est une hérésie...

Moi, en vacance, si je ne  fais pas attention, si je ne me surveille pas, bref, si je me lâche, je grossis.

Vous me direz, j'ai le chic et la manière de trouver ou dégoter des bonnes choses, surtout quand je vais au pays de mon enfance, La Palmyre...

Trou perdu ou règne uniquement un zoo, fort sympathique au demeurant et porté sur la sauvegarde des espèces de singes en voie de disparition...Que néni!

Au marché, vous trouvez des macarons, digne de ceux vendus dans les boutiques de luxe de la capitale. Pour info, le vendeur s'installe régulièrement devant chez le confiseur, "les délices d'antan", qui prépare sa nougatine le dimanche midi (vers la fin du marché) et le mercredi soir, sans compter le bois cassé, les niniches...et c'est à tomber, mais à consommer avec modération!!!.

Quand au glacier "Pistache", sa coupe "pollen", défiera les gourmands de la finir, je crois qu'il y a une dizaine de boulles, agrémentée de miel, d'amande en pralines...bref, un délice! je regrette tout de même qu'ils aient cesser de faire mon parfum favori, l'angélique, mais trop peu d'amateurs appréciaient et la glace se perdait, alors...autant savourer les delicieus parfums qui restent.

En prenant la voiture, ou le velo pour les plus courageux, quelques kilometre suffisent pour se retrouver à La Tremblade ou le port permet de déguster tous les fruits de mer de la région, ainsi que le plat typique "l'éclade", ou les moules sont ouvertes sous le feu des aiguilles de pins! Au marché, la marée est fraiche et permet d'acheter des langoustines à tomber...

Bref, même si les plats régionaux ne sont pas caloriques, il faut plus que quelques bains de mer pour évacuer toutes ces tentations!